Debian-facile

Bienvenue sur Debian-Facile, site d'aide pour les nouveaux utilisateurs de Debian.

Vous n'êtes pas identifié(e).


L'icône rouge permet de télécharger chaque page du wiki visitée au format PDF et la grise au format ODT → ODT PDF Export

/etc/fstab

Nota :

Contributeurs, les FIXME sont là pour vous aider, supprimez-les une fois le problème corrigé ou le champ rempli !

Définitions

Nom Description
Disque Disque dur physique.
Partition Zone physique délimitée sur un disque dur, qui peut être formatée, ou être un conteneur de partitions logiques.
Volume Interface logique utilisée par le système d'exploitation pour accéder aux données stockées sur un périphérique à l'aide d'un système de fichiers.

Un volume peut correspondre à un agrégat de partitions (voir LVM, RAID, volumes réseau, etc…).

Description

Le fichier /etc/fstab est une liste des systèmes de fichiers qui seront mountées automatiquement à l'initialisation du système.
Il est possible d’éditer le fichier /etc/fstab pour ajouter vos propres volumes et partitions et choisir dans quel dossier leur contenu apparaîtra.

Si, au cours de l'initialisation du système, un des systèmes de fichiers listés dans le fichier /etc/fstab n'est pas accessible, le processus d'initialisation s'arrêtera pour demander l'intervention du super-utilisateur (root).

Dans les faits, /etc/fstab (File System Table) permet à la commande mount de mounter les systèmes de fichiers utilisés par votre système debian au cours de son initialisation.
La première partition à être montée est la racine (notée /) du système de fichiers qui sera utilisée comme cible par initramfs(Système de fichier en RAM) pour un chroot de son système de fichiers.

Contenu du fichier

Le fichier /etc/fstab est modifiable avec votre éditeur préféré en utilisant les droits superutilisateur, avec nano par exemple:

nano /etc/fstab
# /etc/fstab: static file system information. 
#
# Use 'blkid' to print the universally unique identifier for a
# device; this may be used with UUID= as a more robust way to name devices
# that works even if disks are added and removed. See fstab(5).
#
# <file system>                           <mount point>         <type>  <options>          <dump>  <pass>
# /dev/sda5  racine du système de fichiers
UUID=a69d9182-f4c7-4276-b35d-7d5f9bd50a57 /                     ext4    errors=remount-ro  0       1
 
# /dev/sda6  racine des dossiers utilisateurs 
UUID=3df408e9-e65e-4659-9881-84ae6d077c43 /home                 ext4    defaults           0       2
 
# /dev/sda7  partition de données
UUID=d773855f-be34-4c1b-a34f-acdfe48f1640 /mnt/Images           ext4    defaults           0       2 
 
# /dev/sda8  swap         
UUID=a3e02ccd-54ed-4172-9830-23fea1ffe5ec swap                  swap    sw                 0       0
 
# /dev/sda2  accès partition windows 
UUID=BA00BF6300BF24F3  /mnt/windows  ntfs  rw,nodev,noexec,user,uid=1000,gid=100,umask=07  0       0

Les lignes dont le premier caractère est un dièse # sont ignorées par la commande mount.
On dit alors que ces lignes sont commentées.

Six champs par ligne

Chaque ligne du fichier /etc/fstab est composée de six champs qui seront utilisés par la commande mount comme paramètres.

# <file system>                           <mount point>         <type>  <options>          <dump>  <pass>
UUID=d773855f-be34-4c1b-a34f-acdfe48f1640 /mnt/Images         ext4    defaults           0       2 
  • file system:le volume a monter (ici une partition identifié par son UUID)
  • mount point:un point de montage: (le dossier /mnt/Images)
  • type: de quel type de système de fichier il s'agit (ext4)
  • options: qui a les droits de lecture, écriture et exécution sur ce volume (ici defaults )
  • dump: Indicateur pour l'utilitaire de sauvegarde dump (0).
  • pass: Indicateur pour la vérification par la commande fsck(2)

Pour que vous compreniez bien, et que vous puissiez l'adapter à vos besoins, chaque champ est détaillé ci dessous:

Les champs

Un fichier fstab est composé de plusieurs lignes décrivant chacune les conditions de montage de chaque système de fichier.
Chaque ligne est composée de six colonnes que l'on nomme champs.
Ces six champs sont, dans l'ordre:
<file system> <mount point> <type> <options> <dump> <pass>

<file system>

Ce champ permet d'indiquer le volume a mounter, pour les partitions on notera deux types de notation:

Nom de la partition dans Debian

Historiquement Debian, et linux en général, nomment dans le dossier /dev les disques avec des lettres:

  • sda pour le premier disque sata ou scsi
  • sdb pour le deuxième disque sata ou scsi
  • hda pour le premier disque ide

Et nomment les partitions de chaque disque avec des chiffres:

  • sda1 pour la première partition du premier disque
  • sdb3 pour la troisième partition du deuxième disque
# <file system>                           <mount point>         <type>  <options>          <dump>  <pass>
/dev/sdb1                                 /mnt/Images           ext4    defaults           0       2 

Identificateur Unique: UUID

Depuis quelques années, il est possible et vivement recommandé d'utiliser l'identifiant unique de partition UUID. Pour l'obtenir, il suffit de taper:

ls -l /dev/disk/by-uuid
# <file system>                           <mount point>         <type>  <options>          <dump>  <pass>
UUID=d773855f-be34-4c1b-a34f-acdfe48f1640 /mnt/Images           ext4    defaults           0       2 

Pour un volume réseau la notation est proche:

# <file system>                           <mount point>         <type>  <options>          <dump>  <pass>
192.168.1.11:/media/Serveur_Images        /mnt/Images           nfs       rw               0       0 

Voir aussi Les UUID des partitions

<mount point>

La deuxième colonne indique à mount le point de mountage qui sera utilisé pour accéder au système de fichiers de la partition. Par exemple : /mnt/Images/. Le point de montage est donc un répertoire qui devra être préalablement créé, comme par exemple, un sous répertoire dans le répertoire mnt:

 mkdir /mnt/Images

Et lui donner les droits de l'utilisateur (user) courant.

 chown user:user /mnt/Images

<type>

La troisième colonne indique le type de système de fichiers utilisé par le volume (ext4, ext3 ou nfs par exemple). Pour plus de détail voir la page partition.

<options>

La quatrième colonne donne les options à utiliser pour le mountage. La liste ci-dessous n'est pas exhaustive,
pour connaître toutes les options possibles faire un :

man mount

Les options en gras sont les options par défaut.

Option Description
defaults Options par défaut ⇒ rw, suid, dev, exec, auto, nouser, async.
rw / ro Lecture et écriture autorisées / Lecture seule.
suid / nosuid Autorise les opérations sur les bits suid et sgid / N'autorise pas.
dev / nodev Interprète les noeuds de type caractères ou blocs / N'interprète pas.
exec /noexec Autorise l’exécution des fichiers binaires / N'autorise pas.
auto / noauto “mounté” automatiquement au démarrage et lors d'un appel mount -a / Ne pourra être monté qu'explicitement.
nouser / user Seul “root” sera autorisé à effectuer le mountage dé-mountage / Tous les utilisateurs aussi.
async / sync Accès en mode asynchrone / synchrone.
owner Seul le propriétaire sera autorisé à “mounter” “démounter”.
noatime Optimisation SSD (NO Access TIME): ne pas mettre à jour l'attribut “atime” et limiter le nombre d'accès disques.
discard Optimisation SSD : Active le mode TRIM : Gestion des effacements/libération par blocs.
sw Pour les partitions de type “swap”.
nofail Ne pas renvoyer les messages d'erreur de “mount”.
comment Utilisé par les programmes de maintenance de fstab.

<dump>

La cinquième colonne prend la valeur 1 pour les partitions visées par une sauvegarde au moyen de l'utilitaire dump ou 0 pour les autres.

<pass>

La sixième colonne concerne l'ordre de vérification des fichiers par l'outil fsck au démarrage de l'ordinateur (boot).
Elle prend la valeur :

  • 1 pour la partitions racine (/),
  • 2 pour les autres partitions UNIX ou
  • 0 si la partition ne doit pas être vérifiée par fsck (le SWAP et les partitions windows par exemple).

<pass> est utilisé pour l'ordre de vérification au démarrage, laissez-y également les valeurs par défaut.

Certains systèmes de fichiers tels que proc

(interface permettant de lire ou changer des informations sur le paramétrage du noyau:processus,etc…)

, sysfs, tmpfs ou swap sont un peu particuliers, il est fortement recommandé de ne pas y toucher sans savoir ce que l'on fait.

Monter les volumes

Afin de tester vos modifications directement sans attendre le prochain redémarrage, vous pouvez demander à mount de le faire directement:

mount -a

Liens

1) partitions
2) N'hésitez pas à y faire part de vos remarques, succès, améliorations ou échecs !
doc/systeme/fstab.txt · Dernière modification: 13/05/2015 20:54 par milou

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB