Debian-facile

Bienvenue sur Debian-Facile, site d'aide pour les nouveaux utilisateurs de Debian.

Vous n'êtes pas identifié(e).


L'icône rouge permet de télécharger chaque page du wiki visitée au format PDF et la grise au format ODT → ODT PDF Export

PAM Pluggable Authentication Modules

  • Objet : Apprendre qu'est-ce que PAM(Pluggable Authentication Modules) et comment le configurer
  • Niveau requis :
  • Commentaires : La modification de PAM ne se fait que sur des machines de type serveur ou pour les acharnés de la sécurité.
    Les options par defaut de Debian conviennent à n'importe quel usager lambda
  • Suivi :
    • Création par greenmerlin 26/01/2016
    • Testé par <…> le <…>
  • Commentaires sur le forum : Lien vers le forum concernant ce tuto 1)

Introduction

Pam est un système de bibliothèques qui garantit l'utilisation des commandes d'administration en récupérant les processus d'authentification des services et applications du système.
Peu connu il n'est pas moins utilisé sur beaucoup de distributions, c'est une couche massive de sécurité.

il est grandement recommandé de faire des essais de configuration PAM sur une machine virtuelle avant de toucher à la machine réelle.

Découverte

Pam à configurer : Le concept est plutôt simple, un fichier par programme ou daemon.
Bien entendu les développeurs de Jessie nous ont tout bien configuré comme il faut :

ls /etc/pam.d/

pour un petit aperçu. les plus importants sont :

  • /etc/pam.d/common-auth
  • /etc/pam.d/common-account
  • /etc/pam.d/common-password
  • /etc/pam.d/common-session

Pour savoir si un programme peut-être utilisé dans PAM :

ldd /bin/vers_le_programme | grep libpam

Exemple

common-password
...
# here are the per-package modules (the "Primary" block)
password        [success=1 default=ignore]      pam_unix.so obscure sha512
# here's the fallback if no module succeeds
password        requisite                       pam_deny.so
# prime the stack with a positive return value if there isn't one already;
# this avoids us returning an error just because nothing sets a success code
# since the modules above will each just jump around
password        required                        pam_permit.so
# and here are more per-package modules (the "Additional" block)
# end of pam-auth-update config
...

Ici la première chose à noter c'est que la syntaxe employée est toujours de type :

NOM COMMENTAIRES
Module type Quel module de sécurité à utiliser (qu'est-ce que PAM va gérer) ?
Control que fait un module en cas d'échec
Module path le chemin du module
Arguments les arguments du module

Chronologiquement une action PAM se déroule comme suit :

  1. L'utilisateur entre son nom de connexion et mot de passe.
  2. Le programme login traite la demande puis délègue l'authentification à PAM.
  3. PAM lit le fichier /etc/pam.d/login, exécute les directives et renvoie au programme.

Décortiquons la ligne :

password        [success=1 default=ignore]      pam_unix.so obscure sha512
  • Ici le module est pam_unix.so, ce qui signifie que pam va vérifier la concordance avec les fichiers /etc/passwd et /etc/shadow
  • Pour Success = 1 et default = ignore c'est un peu plus compliqué j'aborderai ça plus loin.
  • Les Options obscure et sha512 signifient que le module va respectivement tester si votre niveau de complexité de mot de passe est suffisant et que le mot de passe sera crypté avec l'algorithme SHA512.

Par défaut l'option obscure teste les points suivants sur le mot de passe entré :

  • Palindrome.
  • Changement de la casse uniquement (ex :password, PAsSworD).
  • Si il est trop similaire au dernier.
  • Si il est vraiment trop simple (ex : 0000).
  • Si il est retourné (ex : user:root;passwd:toor).

Comprendre PAM

Pour bien comprendre les mécanismes de PAM nous allons reprendre notre tableau, mais avant il est nécessaire d'aborder un autre point concernant les fichiers de configuration :

ls /etc/pam.d/*

L'empilement des modules

Prenons l'exemple suivant :

auth       required     /lib/security/pam_securetty.so
auth       required     /lib/security/pam_env.so
auth       sufficient   /lib/security/pam_rootok.so
auth       required     /lib/security/pam_unix.so

Voila comment PAM va les interpréter :

Le module pam_securetty va vérifier son fichier de configuration dans /etc/securetty, afin de vérifier que le terminal utilisé est listé dans le fichier.
Si cela n'est pas le cas, les connexions en tant qu'utilisateur root ne seront pas permises.

Vu que le statut est à required, le module appellera les trois autres modules de la pile mais, même si tous les autres sont ok, la connexion échouera.

Notons que si le module avait le statut requisite, l'opération aurait été soldée par un échec et aucun des autres modules n'aurait été invoqué, peu importe leur statut.

  • Le module pam_env va fixer les variables d'environnement d'après le fichier /etc/security/pam_env.conf.
  • Le module pam_rootok va vérifier si l'utilisateur est root.
    • Si cela échoue, l'opération peut réussir tout de même si le module pam_unix authentifie l'utilisateur.
  • Si “pam_rootok” authentifie l'utilisateur, pam_unix ne sera pas invoqué.
  • Le module “pam_unix” essaiera alors d'authentifier l'utilisateur en utilisant les appels système getpw*.
  1. Si pam_unix échoue et que pam_rootok avait échoué, l'opération échouera.
  2. Si pam_rootok échoue mais que pam_unix” est correct, l'opération sera exécutée.
On reprend notre tableau pour la suite
NOM COMMENTAIRES
Module type quel module de sécurité à utiliser (qu'est-ce que PAM va gérer) ?
Control que fait un module en cas d'échec ?
Module path le chemin du module.
Arguments les arguments du module.

Le module-type

Quatre structures de gestion possibles :

  • authentification : ceci permet à l'utilisateur de s'authentifier et de définir les droits du compte.
    Les modules utilisant ce système demandent en général un mot de passe.
  • gestion de compte : permet la gestion des comptes utilisateurs.
    • Par exemple, des restrictions peuvent être définies selon les horaires ou la charge du serveur.
  • gestion de session : Ce sont les tâches à effectuer en début et fin de chaque session.
    • Par exemple, démarrer un agent ssh, monter des disques cryptés, etc …
  • gestion des mots de passe : mise à jour du jeton d'authentification du compte d'un utilisateur, soit parce qu'il a expiré, soit parce que celui-ci désire le modifier.

Control

Que doit faire la librairie PAM en cas de réussite ou d'échec du module ?
Plusieurs possibilités :

* required : si un module required retourne un statut qui n'est pas success, l'opération échouera mais seulement après que tous les modules en dessous soient invoqués.
La réussite d'au moins un des modules required est nécessaire.

  • requisite : si un module requisite échoue, l'application en est tout de suite informée et aucun autre module n'est invoqué.
    La réussite de tous les modules requisite est nécessaire.
  • sufficient : la réussite d'un seul module sufficient est suffisant.
    Tous les modules sufficient qui suivent ne seront pas invoqués.

Il faut noter, toutefois, que si un module required échoue avant un sufficient, l'opération échouera ignorant les autres modules sufficient.

  • optional : la réussite d'au moins un des modules optional est nécessaire si aucun autre n'a réussi.

Une syntaxe un peu plus complète peut-être employée sous la forme de : value=action pairs

Exemple

(Déjà abordé lors de la présentation.)

[success=1 default=ignore]
  • success=1 : Si le module PAM renvoie success, PAM va sauter 1 ligne dans le fichier de config (2 pour 2 lignes,etc…)
  • default=ignore : Le statut de retour du module, n'influencera pas le reste des règles dans le fichier de config

Cas concret N°1

Pour tester le 1er cas concret if faut avoir un serveur SSH fonctionnel

On va faire un exemple ça vaut mieux que les grands discours il paraît.

Modifions le comportement par defaut d'un programme en utilisant d'autres modules

Retrouvez la liste des modules disponibles par défaut sur debian ici –> /lib/i386-linux-gnu/security

Ici on va utiliser le module pam-dbus, sur le programme sshd (OPEN-SSH).

On se logue sous X en graphique (dbus fonctionne avec le mode graphique).
On installe le module pam (oui il n'est pas installé par défaut : m(

apt install libpam-dbus

On édite le fichier /etc/pam.d/sshd

nano /etc/pam.d/sshd

Et on remplace la ligne suivante :

@include common-auth

par

auth required pam_dbus.so

Test

ssh localhost

Résultat :


Ici le module pam-dbus va toujours envoyer un message “dbus” à tous les utilisateurs connectés localement pour autoriser ou non la connexion ssh à votre machine.

Décortiquons maintenant l'option :

auth required pam_dbus.so 
  • auth : Utiliser un module de type Authentifier et Autoriser
  • required : Le module renvoie une erreur et rend la main à la prochaine option PAM
  • pam-dbus : Le nom du module que j'utilise
1) N'hésitez pas à y faire part de vos remarques, succès, améliorations ou échecs !
doc/systeme/pam.txt · Dernière modification: 29/01/2016 09:15 par smolski

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB