Debian-facile

Bienvenue sur Debian-Facile, site d'aide pour les nouveaux utilisateurs de Debian.

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 10-04-2014 08:57:59

df871
Membre
Lieu : Limousin
Distrib. : Debian Wheezy 7.1 32b
Noyau : Linux 3.2.0-4-486
(G)UI : Xfce 4.8
Inscription : 17-09-2013
Site Web

"L’Éloge du carburateur" ...

Bonjour à Toutes et Tous smile

Hier, sur un autre forum, au détour d'une discussion, nous avons discuté de "l’Éloge du Carburateur", et trouvant intéressant cette approche d'un "intellectuel" (les guillemets sont là, pour éviter de fâcher qui que se soit wink ) je vous la fais partager...


Éloge du carburateur: de la philosophie et du travail manuel
Par Baptiste Liger (L'Express), publié le 07/06/2010 à  07:00

Directeur d'un think tank, Matthew B. Crawford a repris un atelier de réparation de motos. Une brillante réhabilitation du travail manuel.

Best-seller aux Etats-Unis, Eloge du carburateurest un plaidoyer en faveur d'une valeur boudée dans les sociétés ne rêvant que de CSP ++ : le savoir-faire manuel. La légitimité de l'auteur, Matthew B. Crawford, est incontestable. Titulaire d'un doctorat de philosophie politique, il avait le profil idéal pour devenir un universitaire lambda enfermé dans son bureau de Chicago. Mais il opta pour un poste de directeur d'un think tank à Washington. "Il s'agissait en fait de donner un vernis de scientificité à des intérêts tout à fait profanes [...]. A propos du réchauffement planétaire, je devais m'arranger pour mettre en scène des thèses compatibles avec les positions des compagnies pétrolières qui finançaient la fondation."

Lassé de ce job plus "prestigieux" que passionnant, il claqua la porte au bout de cinq mois et ouvrit un atelier de réparation de motos, Shockoe Moto, dans un entrepôt en brique de Richmond (Virginie). C'est là que Crawford, qui avait été électricien pendant ses études, s'est épanoui et a pu vivre (de) sa passion. "J'ai toujours éprouvé un sentiment de créativité et de compétence beaucoup plus aigu dans l'exercice d'une tâche manuelle, écrit-il, que dans bien des emplois définis comme "travaux intellectuels"."

Le philosophe en col bleu tire de son expérience personnelle une grille de lecture du monde contemporain. "La disparition des outils de notre horizon éducatif est le premier pas sur la voie de l'ignorance totale du monde d'artefacts dans lequel nous vivons." Résultat : faute de repères dans le monde matériel, les individus sont condamnés à être de plus en plus dépendants. "Ce que les gens ordinaires fabriquaient hier, aujourd'hui, ils l'achètent ; et ce qu'ils réparaient eux-mêmes, ils le remplacent intégralement." De ce constat, il tire une singulière "éthique de l'entretien".

Éloge du carburateur n'est pas un livre d'économie. Mais il nous interroge sur la valeur de l'argent et du travail, la mutation des emplois, la taylorisation, les conséquences de la mondialisation. Fuyant le mysticisme passéiste ou le folklore des métiers d'art, Crawford montre à quel point rien n'est plus intéressant, dans son cas, que de diagnostiquer une panne rare à partir de ses sensations, de ses connaissances et de sa réflexion propres.
Il livre également, dans cet exercice au croisement de l'essai de socio-philosophie et du récit d'apprentissage, de magnifiques passages sur l'esthétique de l'écrou Nylock de 10,9, la loi d'Ohm, l'art de la facture. Et notre professionnel de la clef de 12 brosse le portrait de quelques gueules tout droit sorties des tubes de Bruce Springsteen, avec une mention spéciale à un dénommé Chas : "Le premier authentique réactionnaire que j'ai fréquenté", à l'époque où l'auteur portait des rangers et lisait la revue Soldier of Fortune(le magazine culte des aspirants Rambo).

Drôle, intelligente, souvent pertinente, cette réflexion sur la nature humaine (sur la Honda Magna V 45 de 1983, aussi) fait voir d'un autre oeil l'homme en salopette bleue qui, au garage, ouvre le capot de votre voiture. On n'en saluera que davantage ce petit traité de pensée vrombissante.




Oh, il y a bien longtemps, j'avais émis cette même approche... et je m'étais fait jeter de chez jeter... je trouve "rigolo", aujourd"hui, de partager cette approche humaine !

A bientôt de lire vos retours wink


Le lien direct :
http://www.lexpress.fr/culture/livre/el … 96374.html


Cordialement
Bernard
Crées, Consolides... puis, Continues à Créer smile
Asus P4P800, P4C 2,6Ghz, Seagate laptop SSHD 500Go, Nvidia GF 6200 512 Mo avec Debian 7.0, Xfce 4.08

Hors ligne

#2 10-04-2014 13:26:12

Hypathie
Membre
Lieu : Chambéry _ Montréal
Distrib. : Jessie
Noyau : Linux debian 3.16.0-4-586
(G)UI : Cinnamon Mate Xfce
Inscription : 28-12-2013

Re : "L’Éloge du carburateur" ...

oups beug au niveau de ma connexion désolée, ça a fait une répétition que je viens d'effacer.

Dernière modification par Hypathie (10-04-2014 13:28:00)

Hors ligne

#3 10-04-2014 13:26:38

Hypathie
Membre
Lieu : Chambéry _ Montréal
Distrib. : Jessie
Noyau : Linux debian 3.16.0-4-586
(G)UI : Cinnamon Mate Xfce
Inscription : 28-12-2013

Re : "L’Éloge du carburateur" ...

Merci df871,
je me sens beaucoup moins fofolle d'être partie de l'université pour bricoler au clavier...

Cette histoire m'a bien plus smile

Hors ligne

#4 10-04-2014 15:52:43

df871
Membre
Lieu : Limousin
Distrib. : Debian Wheezy 7.1 32b
Noyau : Linux 3.2.0-4-486
(G)UI : Xfce 4.8
Inscription : 17-09-2013
Site Web

Re : "L’Éloge du carburateur" ...

Hypathie a écrit :

Merci df871,
je me sens beaucoup moins fofolle d'être partie de l'université pour bricoler au clavier...

Cette histoire m'a bien plus smile



Il suffit d'être patient(e) wink


Cordialement
Bernard
Crées, Consolides... puis, Continues à Créer smile
Asus P4P800, P4C 2,6Ghz, Seagate laptop SSHD 500Go, Nvidia GF 6200 512 Mo avec Debian 7.0, Xfce 4.08

Hors ligne

Pied de page des forums