Debian Debian-France Debian-Facile Debian-fr.org Debian-fr.xyz Debian ? Communautés

Debian-facile

Bienvenue sur Debian-Facile, site d'aide pour les nouveaux utilisateurs de Debian.

Vous n'êtes pas identifié(e).


L'icône rouge permet de télécharger chaque page du wiki visitée au format PDF et la grise au format ODT → ODT PDF Export

Ceci est une ancienne révision du document !


Formater un support de stockage en UDF

Nota :

Contributeurs, les FIXME sont là pour vous aider, supprimez-les une fois le problème corrigé ou le champ rempli !

Remerciements

raleur, vv22, arpinux

Introduction

Comment formater une clé USB ou un disque externe qui va accepter de gros fichiers et être utilisable sur tous les systèmes d'exploitation courants ? En utilisant l’UDF. L’UDF, alias Universal Disk Format (anglais pour « format universel de disque »), destiné à la base aux disques optiques, est en effet utilisable sur les clés USB, les cartes mémoires, les disques durs, les disques SSD. Ce format est ouvert, indépendant du système d'exploitation, sans royalties, et normalisé (ISO/IEC 13346 et ECMA-167).

Pourquoi l’UDF et pas le NTFS, l’exFAT ou même FAT32 ? Pour la compatibilité dans certains cas. NTFS n’est disponible qu’en lecture sous Mac OS X et la compatibilité Linux est moyenne, exFAT nécessite un système « récent » (Windows Vista, Mac OS X 10.6) et FAT32 ne prend en charge que les fichiers dont la taille est inférieure à 4 Gio.

L’UDF permet de travailler sur de gros fichiers (16 exaoctets, on a le temps de voir venir) et est supporté en lecture par la majorité des systèmes d’exploitation. Pour l’écriture, Mac OS X 10.5 (au moins), Windows Vista (et plus) et Linux (depuis le noyau 2.6) peuvent aussi écrire sur les supports de stockage formatés en UDF.

Sources :

Expliciter le cas FAT32 de la vidéo d'arpinux : https://video.tedomum.net/videos/watch/7c440747-c8ea-440e-a1c8-3afff729eea2

Installation des paquets nécessaires

aptitude update && aptitude safe-upgrade && apt install --reinstall gparted libudf0 udfclient udftools

Réinitialisation du support de stockage

À faire : Tester si cette précaution est toujours valable. Inutile avec Linux Debian 11, le formatage suffit, à voir avec Windows et Mac.

Avant de créer le système de fichiers au format UDF, réinitialisation complète du support de stockage. Ceci afin d'éviter les superblocs restants ou d'autres métadonnées qui pourraient perturber la détection du type de système de fichiers par le système d'exploitation :

dd if=/dev/zero of=/dev/sdx bs=512
x dans sdx est un caractère qui remplace le caractère réel à utiliser que vous trouverez en graphique avec votre utilitaire de disques préféré ou bien en ligne de commande avec :
fdisk -l

Choix : Formatage en ligne de commande

mkudffs -b 512 --media-type=hd /dev/sdx
À faire : Tester la différence entre une clé formatée en ligne de commande et en graphique —- Lier avec https://debian-facile.org/doc:systeme:partition —- Lier avec https://debian-facile.org/doc:systeme:mkfs#utilisation

Choix : Formatage à l'aide de l'outil graphique GParted

À faire : Tester la clé formatée en UDF avec cette méthode sur Mac Os

Testé avec succès avec Windows 10

Choisir dès maintenant et noter le futur nom de votre clé, celui qui s'affichera dans votre explorateur de fichiers.

Pourquoi ? À cause des options par défaut de mkudffs, avec GParted, sans action particulière de votre part, le nom de la clé ensuite affiché par votre explorateur de fichiers sera toujours par défaut : LinuxUDF. Déjà ce n'est pas forcément ce que vous auriez choisi et même si ce nom par défaut ne vous rebute pas au départ, ce n'est pas satisfaisant car toutes les clés que vous voudrez formater ensuite en UDF porteront ce même nom LinuxUDF. Vous ne pourrez plus les distinguer avec l'explorateur de fichiers ! Vous serez obligé d'utiliser des outils disques ou la ligne de commande pour lever l’ambiguïté.

Pour éviter ce désagrément, il faut de plus, modifier à la fois le nom de la partition et l'étiquette du système de fichiers sinon ce sera toujours LinuxUDF qui s'affichera dans votre explorateur de fichiers comme nom de la clé.

À faire : tester si l'ordre des deux opérations suivantes : modifier à la fois le nom de la partition et l'étiquette du système de fichiers a une importance. Voir aussi pourquoi la zone non-allouée a de l'importance dans la reconnaissance et comment bien la créer pour une reconnaissance à coup sûr.

Ouvrir GParted. Sélectionner le support de stockage voulu.

Faites attention, sélectionnez bien le bon, sinon la suite risque d'être fatale.

Faites PériphériquesCréer une table de partitions

  • Au lieu de prendre msdos, sélectionnez gpt, appliquer la modification.
  • Créez une nouvelle partition avec PartitionNouvelle
  • Dans Système de fichiers, choisissez udf et cliquez sur Ajouter
  • L'opération ne sera pas effectuée immédiatement ( le temps d'une dernière réflexion :-) ).
  • Allez dans ÉditionAppliquer toutes les opérations
  • Une fenêtre de confirmation s'affiche, cliquez sur Appliquer
  • À faire : À cause des options par défaut de mkudffs, par défaut avec GParted, le nom de la clé ensuite par votre explorateur de fichiers sera toujours LinuxUDF. Ce n'est pas satisfaisant car toutes les clés que vous voudrez formater en UDF porteront ce même nom LinuxUDF. De plus, il faut modifier à la fois le nom de la partition et l'étiquette du système de fichiers sinon ce sera toujours LinuxUDF qui s'affichera dans votre explorateur de fichiers comme nom de la clé.
  • Une fois le formatage accompli, fermez GParted. Ouvrez ou consultez votre navigateur de fichiers, votre support de stockage formaté en UDF apparaît.

Pour en savoir plus

1)
N'hésitez pas à y faire part de vos remarques, succès, améliorations ou échecs !
atelier/chantier/formater-un-support-de-stockage-au-format-udf.1616941100.txt.gz · Dernière modification: 28/03/2021 10:18 par --gilles--

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB