Debian-facile

Bienvenue sur Debian-Facile, site d'aide pour les nouveaux utilisateurs de Debian.

Vous n'êtes pas identifié(e).


L'icône rouge permet de télécharger chaque page du wiki visitée au format PDF et la grise au format ODT → ODT PDF Export

sources.list - ajout des dépôts contrib et non-free

Introduction

Après l'installation du système Debian, il est fréquent d'avoir besoin d'installer un firmware pour la prise en charge d'un matériel (carte graphique, carte wifi …).
Or, la majorité des firmwares ne sont pas dans les dépôts configurés lors de l'installation car ils ne respectent pas strictement la charte Debian.

Des dépôts contrib et non-free ont donc été créés pour pouvoir disposer de ces firmwares et d'autres paquets qui ne respectent pas totalement la charte.
Ces dépôts contrib et non-free sont officiels et tout aussi sécurisés que les dépôts main (principaux) configurés à l'installation.

Méthode rapide

Lancer les commandes suivantes dans un terminal, avec le compte root, activera les sections contrib et non-free de tous les dépôts déjà actifs :

apt install software-properties-common
add-apt-repository contrib
add-apt-repository non-free

Méthode manuelle

Éditer et modifier le fichier sources.list

Ouvrir un terminal. Suivant l'environnement choisi, l'accès peut être légèrement différent :

  • Sur GNOME : Applications > taper terminal dans la barre de recherche
  • Sur MATE : menu Applications > Outils système > Terminal MATE
  • Sur XFCE : menu Applications > Système > Terminal XFCE
  • Sur LXDE : menu > Outils système > LXTerminal
  • Sur KDE : menu > Applications > Système > Terminal (Konsole)
  • Sur Cinnamon : menu > Administration > Terminal

Vous devriez avoir une fenêtre comme l'illustration ci-dessous où le curseur clignote juste après le symbole $, symbole dollar qui signifie que vous êtes connecté en tant qu'utilisateur.


Éditer le sources.list pour pouvoir le modifier est une action d'administration du système.
Il faut donc avoir les droits d'administration que l'on obtient :

  • soit avec la commande su si vous avez choisi un “mot de passe root” lors de l'installation.
  • soit avec la commande sudo si vous n'avez pas choisi un “mot de passe root” lors de l'installation, dans ce cas c'est le premier utilisateur créé qui possède les droits d'administration grâce à sudo.

Vous allez donc “passer en root” :

  • soit avec la commande
    su -
  • soit avec la commande
    sudo -i

Dans un cas comme dans l'autre, le mot de passe est demandé.
Vous le saisissez et validez avec la touche ↵ Entrée.

Par mesure de sécurité, le mot de passe ne s'affiche pas à l'écran bien qu'il soit exécuté.
Après validation, vous constatez que les indications ont changé.
Pour indiquer que vous êtes connecté en administrateur “root” : le curseur clignote maintenant après le symbole dièse : #


Saisissez et validez ensuite la commande :

apt edit-sources

si le fichier ~/.selected_editor n'existe pas encore, il faudra choisir le programme d'édition de texte par défaut .


Choisissez l'éditeur nano qui est le plus simple pour débuter en tapant le numéro de la ligne (1 normalement) et en validant avec ↵ Entrée.
Dans la fenêtre s'affiche ensuite le source.list configuré à l'installation, comme par exemple dans la fenêtre ci-dessous :


Assurez-vous que chaque ligne des sources avec “cdrom” commence bien avec #.
Le symbole # en début de ligne désactive le dépôt indiqué dans la ligne.

Avec les flèches du clavier, déplacez-vous à la fin de chaque ligne commençant par deb http: et ajoutez à la fin : contrib non-free


Pour buster le fichier sources.list doit ressembler à ça :

# Debian Buster, dépôt principal + paquets non libres
deb http://deb.debian.org/debian/ buster main contrib non-free
deb-src http://deb.debian.org/debian/ buster main contrib non-free
# Debian Buster, mises à jour de sécurité + paquets non libres
deb http://deb.debian.org/debian-security/ buster/updates main contrib non-free
deb-src http://deb.debian.org/debian-security/ buster/updates main contrib non-free
# Debian Buster, mises à jour "volatiles" + paquets non libres
deb http://deb.debian.org/debian/ buster-updates main contrib non-free
deb-src http://deb.debian.org/debian/ buster-updates main contrib non-free

Une fois fait, pour enregistrer le nouveau sources.list: saisissez la combinaison des touches Ctrl+O(la lettre O) et validez avec ↵ Entrée à la question en bas de fenêtre pour valider définitivement l'écriture sur le fichier /etc/apt/sources.list


Pour quitter l'éditeur nano : saisir Ctrl+X


Mettre à jour les paquets

Comme indiqué sur l'écran, il faut ensuite mettre à jour la liste des paquets disponibles à l'installation avec la commande

apt update

Pour installer les paquets non-libres utiles à votre matériel

apt upgrade

Taper Y puis Entrée pour valider l’installation des paquets manquants.

Il faut ensuite penser à se déconnecter de compte root en saisissant :

exit

ou utiliser la combinaison des touches Ctrl D

Annexes

Prudence est mère de sureté

Mettre à jour les paquets avant de modifier le sources.list

apt update
apt upgrade

Sauvegarder le sources.list avant de le modifier

cp /etc/apt/sources.list{,.back}

Puis, si besoin, réactiver l'ancien sources.list

cp -f /etc/apt/sources.list{.back,}

Consulter le sources.list sans le modifier

Pour consulter le sources.list sans le modifier, il n'est pas nécessaire d'être en “root”, la commande cat le permet en tant qu'utilisateur ainsi :

cat /etc/apt/sources.list

Optimiser son sources.list

Le wiki DF conseille d'ajouter le signe # devant chaque ligne commençant par deb-src ou de carrément supprimer ces lignes car ce sont les dépôts des sources des paquets qui ne sont utiles qu'à des utilisateurs expérimentés souhaitant compiler eux-mêmes leurs paquets. Commenter ces lignes permet de gagner du temps de consultation des dépôts mais ce n'est pas très grave si vous les laissez actives :-)

Le wiki conseille aussi l'utilisation de la ligne :
deb http://deb.debian.org/debian/ à la place de :
deb http://ftp.fr.debian.org/debian/ ce qui permet d'utiliser automatiquement les serveurs les plus proches.

C'est particulièrement intéressant pour les portables qui voyagent.
:-D

Modifier l'éditeur choisi

si le fichier ~/.selected_editor n'existe pas encore, on doit choisir dans une liste l'éditeur de texte par défaut,
l'éditeur nano est le plus usuel pour les débutants.

À noter que le choix de l'éditeur vim donne une approche plus étendue, il est le choix habituel d'un utilisateur du terminal dès qu'il en a saisi les ressources premières, il ne faut pas le négliger car vim, lors de son installation, ajoute d'office un cahier d'exercice simple d'utilisation que l'on obtient en validant simplement la commande :

vimtutor

vous permettant de gagner rapidement la connaissance des signes et méthodes pour une utilisation de vim depuis ses bases.

Le wiki df de vim est aussi très complet en ce sens, des explications et des tableaux fournis y sont à votre disposition dès que votre curiosité se mettra en éveil, et vous verrez alors que l'utilisation du terminal prend un sens merveilleux, quasi-magique, passé l'étude des premières utilisations.

Si jamais vous n'avez pas fait le choix que vous désiriez car votre chat, passant par là, a appuyé malencontreusement sur les touches et validé un autre éditeur que celui désiré 8-O
Pas de panique, vous pouvez rectifier ce choix avec la commande root :

select-editor

qui vous redonnera la liste des éditeurs installés

retour de la commande
Select an editor.  To change later, run 'select-editor'.
  1. /usr/bin/vim.nox
  2. /bin/nano        <---- easiest
  3. /usr/bin/mcedit
  4. /usr/bin/vim.tiny
 
Choose 1-4 [2]:

Il vous reste alors à éloigner le chat 8-) puis saisir le chiffre correspond à l'éditeur choisi et valider avec ↵ Entrée

Liens

1)
N'hésitez pas à y faire part de vos remarques, succès, améliorations ou échecs !
doc/systeme/apt/sources.list/sources.list-non-free.txt · Dernière modification: 22/03/2020 17:55 par smolski

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB